AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
○ Rudi Erkens


avatar


Sexe : Féminin

Messages : 17

Age : 21

Vos papiers
Classe / Emploi: 3-A
Pensionnat : Hikishima
Habitation : Chambre 002

MessageSujet: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Lun 19 Mar - 13:15

«
Nouveau lieu, nouvelle tête
Nouveaux lieux dit nouvelles connaissances que se soit dans l'intellect ou relationnel mais cette deuxième possibilité est-elle vraiment importante. L'heure de penser à ces détails ne sont pas propices. Oui car je me retrouve avec un simple bout de papier décoré indiquant les broutilles nécessaire bien que très belle présentation pour une école de ce niveau. Ma chambre portant la numéros 002 était donc partagé en plusieurs locataires ... Pénible. La seul mot qui décrit cette situation qui m'enchante guerre mais tout bu à un prix à payer. Enfin bref,je me trouai enfin au bon endroit. Une bâtisse plutôt élevé et richement décoré que je pénétrai en direction de cette fameuse chambre avec ces, peut-être, nouvelles têtes. J'espère qu'il n'yen a pas. Je ne veux pas être en présence de d'autres personnes aujourd'hui, ni demain, ni jamais, en fait.

La valise tenu d'une main alors que l'autre tenait le bout de papier. Le temps rayonnait, pour une fois bien que la brise de vent venait heurté notre peau venant la refroidir de cette douce chaleur reçut. Même les quelques vêtements que je portai me suffisaient et pourtant ce n'est qu'un simple t-shirt noir avec un jeans large ayant quelques plies et quelques petits accessoires comme des colliers autour de mon cou et des quelques bracelets à mon poignet ce qui l'alourdissait de très peu mais on sentait une certaine différence. Il me fallut une heure pour arriver au pensionnat et trouver ma chambre m'empêchant d'aller en cours pour cette journée. Bien que avantageux surtout que ces premiers jours sont des simple où tout les professeurs s'acharnent sur vous pour en savoir sur nos compétences. Par la même occasion, certaines filles et mecs craquent sur le nouveau venu, chose qui m'arrive parfois mais j'en ai que faire de ces relations. Je m'arrêtai devant une porte brune portant d'un fer doré : 002. Un simple mot avec une intonation plutôt forte exprimant plus de mécontentement que de joie d'avoir trouver.

> Enfin !

Je vérifiai que personne n'y était mais par soulagement, elle était fermée et donc me laissait une chance d'être pour le moment seul dans cette pièce. C'est en deux, trois mouvements qu'un ' clic ' s'entendit annonçant l'ouverture du mécanisme. Il me fallut très peu de temps avant de décider ma place. Celle qui se trouvait près de la fenêtre donnant une vue éclairée par las rayons de soleil mais permettant aussi d'avoir de l'air frais. D'ailleurs, en parlant de cette fenêtre, je m'y plaçai devant regardant les alentours, une sorte d'une prise de connaissance d'un lieu par une vue éloignée. Bref, ces détails sont pas important et ...

> PUTAIN! Je m'emmerde déjà ! Dis-je affichant encore plus cette tête de mécontent, les lèvres dirigées vers le bas expirant un soupire et j'affichai avec mon unique oeil de valable, un regard non chaleureux. Je me plaçai correctement, assis et face au bord de la fenêtre montrant mon dos aux personnes de dehors que je regardai de profil voyant une mèche rousse passait devant mon iris émeraude. Combien de temps vais-je devoir supporter ce foutu endroit pourri ?! Il est vrai que c'est mieux que le centre pour jeune mais peut-être que je ne supporte pas de voir des gens plus intelligent que moi ... Je l'admets mais pourtant je les préfères à eux qu'à des idiots qui ne changeront pas ce monde pourri.


Dernière édition par ○ Rudi Erkens le Mer 28 Mar - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
○ Noah S. Bridge


avatar


Messages : 32


Vos papiers
Classe / Emploi: 4-A
Pensionnat : Hikishima.
Habitation : Chambre 002.

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Mer 21 Mar - 17:18




J'avais eu vent d'un nouvel arrivant qui devait s'installer dans ma chambre. Horizon peu réjouissant. Je préférais être seul dans ma chambre, seul avec mes pensées, ma musique, mes délires que personne ne pouvait entendre, mes photos... Et tout ce qui fait que je suis moi. Sans parler de mes fringues, accessoires et clopes qui étaient dispersés par-ci par-là, plus mon Teddy Bear habillé comme un détective mondialement connu venant de ma chère mère qui était posé bien en vue à côté de mon oreiller. Mais j'avais eu la bonne idée de ranger, sauf mon ours, je ne sais pas pourquoi je ne l'avais pas enfoui au fond de la commode celui-là. On ne sait jamais après tout, le nouveau pouvait arriver d'un moment à l'autre. Et j'avais bien fait de faire un peu de rangement, mais ça, je ne le saurais que plus tard. Pour le moment, j'étais étendu dans l'herbe, sous un arbre dans la cour. Le temps était agréable, comme lors de cette journée où j'avais fait la connaissance de ce garçon nommé Dexter. Rien que de penser à lui me faisait sourire. Cependant, une envie de fumer s'empara de moi. Douce infortune dont je ne pouvais me séparer. Mais passons.

Je fouillais dans mes poches, pas moyen de trouver ce foutu paquet. Mes doigts serrèrent le briquet, mais pas de trace des cigarettes. J'étais en colère contre moi-même, et aussi contre le monde, qui, alors que j'étais bien installé dehors, me poussait à remonter dans ma chambre pour assouvir une envie destructrice. Sans compter que je n'avais pu faire de sport cette dernière semaine, ce qui contribuait à mon instabilité. Vous ais-je dit que j'étais impulsif, colérique ? Il m'arrive de m'emporter assez vite, effectivement, et l'absence d'exercices physiques n'arrangeait rien. Mais assez philosophé sur mon caractère.

D'un mouvement souple, je me relevai rapidement sans user de mes mains. Je vous assure que les arts martiaux peuvent être très utiles dans la vie de tous les jours. Lentement mais sûrement, je me mis en marche, avec cette tête qui indique aux autres que je ne suis pas disposé à communiquer. Mais les cours étaient toujours d'actualité pour certains, donc peu de monde déambulait dans les couloirs, à mon plus grand bonheur. Les mains dans les poches de mon jean, une chemise blanche aux manches remontées ouverte sur un t-shirt noir, je n'avais pas chaud. Ni froid d'ailleurs. Quelques colliers et bracelets cliquetaient à chacun de mes pas. Mes cheveux gris perle recouvraient mes oreilles percées de plusieurs boucles. Je marmonnais quelques injures lorsque je me rendis compte qu'il ne me restait plus beaucoup de réserve dans mon zippo. Oh joie, j'avais la nette impression que l'univers se liguait contre moi.

Rapidement, j'atteignis la chambre 002. Je remarquais que la porte n'était pas bien fermée, mais je ne fis pas le lien avec un potentiel nouvel élève. Les sourcils froncés comme souvent, j'envoyai un charmant coup de pied dans la porte pour l'ouvrir complètement. Et c'est gentiment qu'elle claqua contre le mur avant de revenir normalement. Sans un regard pour l'inconnu, que j'avais bien sûr remarqué mais à qui je ne prêtais aucune espèce d'importance, je me dirigeai vers mon lit, près d'une des deux fenêtres, un tantinet furieux. D'un mouvement brusque, j'ouvris le tiroir de ma table de chevet et en extirpai mon paquet. Je refermai le tiroir en le claquant, encore. Agressif moi ? Mais loin de là. Un coup d’œil dans le paquet m'affirma qu'il ne me restait plus qu'une clope, et je n'avais pas d'autres paquets en stock. Mon irritation monta d'un cran.

— Damn it ! What the fuck ! Râlai-je comme si j'étais seul.

Ma langue maternelle me revenait naturellement, par moment. Comme là, lorsque la colère grimpait en moi. Je pris ensuite pleinement conscience qu'un inconnu était assis sur le rebord de la fenêtre. Je me tournais vers lui avant de le détailler de haut en bas, sans gêne apparente. Des cheveux roux, une coloration je dirais ; un cache-œil, son seul œil visible étant vert émeraude ; il n'avait pas l'air plus grand que moi mais il était assis, donc évaluer sa taille n'était pas facile ; peut-être pas plus vieux que moi non plus ; de constitution normale. Au vue de son style, je me dis que soit il avait été pistonné un max, soit il était assez intelligent pour entrer dans ce pensionnat. Soit les deux, pourquoi pas, c'était bien mon cas après tout. Toujours avec un air peu joyeux, disons renfrogné carrément, je lui lançais, toujours en anglais :

— Hm, hello... You must be the new student yeah... ?

Je ne remarquai pas de suite que j'avais conservé la langue de Shakespeare. Après coup, je me suis dit que s'il était dans ce pensionnat réputé, il ne pouvait pas ne pas me comprendre. Je suis sûr que je pourrais converser dans cette langue H 24 et que la grande majorité des élèves d'ici me répondraient sans problèmes. Je ne bougeai pas, restant bien planté sur mes deux pieds, sans l'intention de bouger. Bizarrement, son cache-œil attisa ma curiosité, mais je réfrénai cette curiosité en me répétant que je le découvrirais bien en jour ou l'autre étant donné que nous étions amenés à partager la même chambre. J'avais sorti ma dernière cigarette et, machinalement, je me mis à jouer avec entre mes doigts.

— Moi c'est Noah, lâchais-je sans vraiment de gaieté, par simple politesse.





Dernière édition par ○ Noah S. Bridge le Jeu 22 Mar - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
○ Rudi Erkens


avatar


Sexe : Féminin

Messages : 17

Age : 21

Vos papiers
Classe / Emploi: 3-A
Pensionnat : Hikishima
Habitation : Chambre 002

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Jeu 22 Mar - 15:35

«
Nouveau lieu, nouvelle tête
Deux énormes bruit de fracas s'était enchaînés dans cette pièce spacieuse appelé chambre. Mauvaise porte ? Ou bien simple annonce d' un avenir emmerdant à ma solitude ? Je vis un jeune homme quasi de même taille mais ayant une chevelure blanche avec une chemise. Après un certain dégoût que je ressentais. Je l'affichai sur mon visage en refermant mon oeil visible fronçant des sourcils et montrant mes dents exprimant une colère quelconque. Oui car je sais pourquoi, je suis énervé mais cela vaut-il la peine ? Mon regard qui surveillait les mouvements du corps du jeune garçon me confirma le malheur que j'aurai tant voulu de na pas avoir pour cette fois. " Fait chier ! " J'en détourna mon regard sur cette fenêtre et écoutait les grognements de l'anglais, à priori enfin, ici tout le monde doit la maîtriser, cette langue, alors peut-être est-ce un mauvais jugement mais en fait, ... On s'en tape de ces détails, non ?!

Je fis comme lui, j'évitais de réagir à ces paroles et ces fracas qu'il produisait juste pour prendre un putain de paquet de cigarette ... Nan mais oh ! Avec qui suis-je tombé ?! Comparé à cette cours, elle y était vachement plus calme et plus tranquille que cette chambre. Qui plus est, aucune personne ne viendrait te déranger alors, pourquoi je n'irai pas faire un tour ? J'ai aucunement envie de bouger d'ici malgré cet individu. Je pus ressentir le fait d'être visé, d'être observé et le fait de voir le regard du garçon me scrutait aux détails cherchant une quelconque erreur ou un simple détail sur ma personne. De mes propres yeux s'affichaient quelque chose de sombre ainsi que les sourcils froncés n'améliorent pas cet expression noir.

> Hm, hello... You must be the new student yeah... ? Cette voix anglaise m'était destinée étant dite d'une manière plutôt réfléchi cherchant une confirmation à sa question. Dire un simple " Oui. " me semble trop simple et me répugne à l'idée que se soit le cas. Non parce que ce fameux locataire n'était pas désagréable physiquement mais psychologiquement, je ne le supporterai pas, voir peut-être jamais mais comme dit ce proverbe : " Jamais dire jamais "

> leider Gottes ... Dis-je d'un ton solennel et contrarié en détournant ma vision de cet homme vers, à nouveau, la vue extérieur accompagné d'un soupire. Je repris ma respiration essayant de calmé cette frustration qui pouvait apparaître et réapparaître tout moment de la journée pour à peu près tout et n'importe quoi. Mes mains étaient posées sur l'appui de fenêtre mais je venais les glisser dans mes poches de mon jeans avant d'un geste me lever et prendre la direction du lit choisit sur le quel était déposé une valise noir portant une marque allemande. Je n'avais pas grand chose en vêtement pour le moment, en même temps, là où je viens un uniforme propre était obligatoire et des linges normaux n'étaient pas autorisés. Lors de mon déplacement, je pus entendre à nouveau le son de sa voix, cette fois-ci plus nette et précise.

> Moi c'est Noah. Un ton ferme et sans ... particularité était décrit dans cette phrase. Signe de simple politesse qui était facile à cerné, à mon simple avis. Mon opinion ne changea pas. Je n'avais toujours pas envie de répondre mais l'éducation oblige mais enfin qui ça n'intéresse personne de savoir ce genre de détails. Je distinguai une manie de fumeur typique. Celle de jouer avec la cigarette entre les doigts. Ce qui n'était pas mon cas, je suis plus dans l'alcool. Peut-être le plus dangereux car un simple accident suffit à mettre des dizaines de vie en danger ou plus, selon l'endroit.

> Rudi Erkens. Cela ta suffit ? Mon envie désintéressée pouvait être décrypté das ces simples mots. Je venais de me poster devant mon lit portant la valise que j'ouvris sortant les quelques affaires que j'avais pour les déposer à côté afin de les amener après à l'armoire fait pour juste à côté. Serait-ce une armoire partagée ? J'espère bien que non.

> Ne crois pas que je serais plus chaleureux plus tard ou plus amical. Ça risque même pas d'arriver dans ce misérable pensionnat. Une envie de me plaindre, certes mais j'aime être claire dés le début même si ça peut paraître déplacé ou blessant mais qu'est-ce que j'en ai à foutre !


Dernière édition par ○ Rudi Erkens le Mer 28 Mar - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
○ Noah S. Bridge


avatar


Messages : 32


Vos papiers
Classe / Emploi: 4-A
Pensionnat : Hikishima.
Habitation : Chambre 002.

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Ven 23 Mar - 18:27




J'aurais mieux fait de rester dans la cour, et je me haïssais de n'avoir pas su résister à une simple envie de fumer. J'étais pitoyable. Quitter cette cour tranquille pour remonter dans ma chambre et finalement rencontrer mon nouveau colocataire qui avait l'air aussi sympathique qu'un bouledogue en colère n'avait pas été une bonne idée. S'il avait un caractère si désagréable, je risquerai de m'énerver très souvent. Ça promet pour la suite des événements. Physiquement, il n'était pas horrible, mais son caractère m'avait tout l'air peu sympathique.

Je l'avais clairement dérangé. Encore un qui n'aime pas la compagnie, mais après tout, ça ne me gênait pas plus que ça. Et puis il faut avouer que pour un simple paquet de cigarettes, j'avais fait pas mal de bruit. Mais c'est ainsi, malgré mon prénom, je ne suis pas quelqu'un que le mot calme peut qualifier.

— leider Gottes...

Un simple 'oui' m'aurait aussi suffit, même si je comprenais l'allemand. Néanmoins, ces deux petits mots m'apprirent que mon locataire était bien de ce pays. Étant déjà allez en Allemagne plusieurs fois, à Berlin plus précisément, je peux vous assurer qu'il venait de cette ville. Ou en tout cas, il y avait passé suffisamment de temps pour en prendre l'accent. De plus, j'avais remarqué que sa valise était d'une marque allemande, une preuve de plus de son origine. Le ton de sa phrase puis le soupir qui la termina me confirmèrent aussi que ce jeune homme n'était pas plus heureux que moi de cette rencontre qui aurait bien dû avoir lieu un jour ou l'autre. Donc maintenant ou plus tard, ça ne changeait pas grand chose. Je le vis essayer de se calmer. Lui aussi devait avoir un tempérament peu commode, à se frustrer pour tout et rien. Nous partagions au moins, ne serait-ce qu'un peu, ce côté-là de notre personnalité.

Je l'observais ensuite se lever, les mains dans les poches, pour s'approcher du lit sur lequel il avait jeté son dévolu. C'était celui en face du mien, aussi près d'une fenêtre. Je me présentai alors, estimant que le plus tôt serait le mieux et que, malgré là d'où je venais, j'avais été bien élevé. Instinctivement, je jouais avec ma cigarette, habitude de nombreux fumeurs, à ce que j'ai pu remarquer.

— Rudi Erkens. Cela te suffit ?

Quelle humeur de chien. Était-il comme ça naturellement ? Même pas la peine d'essayer d'être sympa avec ce genre de personne. D'ailleurs, en ce moment même, je n'avais envie d'être sympa avec personne. Il avait pris sa valise et l'avait posée sur son lit. Il en sorti quelques affaires puis les amena à son armoire. Armoire personnelle, je précise. Vu le luxe de ce pensionnat, ils n'auraient pas osé nous faire partager une simple armoire. Ce qui d'ailleurs, m'arrangeait fortement. C'était tellement le bordel dans mes fringues qu'elles se seraient forcément mélangées avec celles de l'autre. Alors que mes pensées prenaient la tournure de 'qui seraient mes prochains coloc' ?', une plainte me parvint.

— Ne crois pas que je serais plus chaleureux plus tard ou plus amical. Ça risque même pas d'arriver dans ce misérable pensionnat.

Je ne réagis pas tout de suite, tellement ses paroles coulaient de source. Lui, je ne l'imaginais pas autrement. Il serait chiant, assurément, conclusion, notre cohabitation serait explosive. Les pauvres nouveaux qui arriveront par la suite s'en mordront les doigts d'avoir choisi ce pensionnat, puisque nous ne choisissions pas nos chambres. Je les plaignais d'avance. Un petit 'Tss' s'échappa de les lèvres puis mes yeux se fixèrent sur Rudi avec une pointe d'amusement.

— Je n'en doute pas mon gars, vu la tronche que tu tires, je n'en doute pas...

Trop simple à déchiffrer. S'il était aussi prévisible dans ses émotions et réactions, cela ne serait pas aussi amusant que prévu. En revanche, j'aimerais voir jusqu'où je pourrais le pousser, l'envoyer dans ses derniers retranchements. J'aimais bien m'amuser, voir ce que les gens sont capables de faire, leur faire avoir des réactions. J'aime bien le jeu, dans tous les sens du termes, de plus, je n'aime pas l'impassibilité. Les personnes comme ça ne sont pas intéressantes. Doucement, ma colère et ma frustration étaient en train de se calmer. Bien sûr, elles pourraient revenir en force au moindre petit truc me déplaisant.

Je m'approchais ensuite de la fenêtre, toujours ouverte, où s'était tenu mon nouveau colocataire peu avant. Je me tins devant, regardant la cour, puis je m'étirai.

— Je sens qu'on va rire... Murmurais-je pour moi même, avant de jeter un coup d'œil à Rudi. On est quand même d'accord sur un point, ce pensionnat est misérable.

Je me rappelai soudain que j'avais laissé mon ours en peluche à côté de mon oreiller. Sans un regard pour trahir ma pensée, je priais pour qu'il ne l'ai pas vu, ou du moins, qu'il ne fasse aucune remarque. Essayant de diriger mes réflexions vers autre chose, je considérai ma clope avec un air partagé. Je pouvais la fumer maintenant, à la fenêtre, vu le nombre de fois où j'ai fais ça. Mais je serais sûrement dérangé par le roux, et je serais sans doute mieux dehors, dans la cour. Ou alors je pouvais aussi me rendre sur le toit. Quoique non, à cette heure-là, il doit y avoir des amoureux en train de faire des choses pas nettes, ou des fumeurs, et j'avais envie d'être seul, pour changer. Un soupir franchit mes lèvres, signe que cela commençait à me saouler fortement.

— Dis-moi, t'es pas dans ma classe ?

Question sans aucun rapport avec le fil de mes pensées, comme cela m'arrive souvent.



Revenir en haut Aller en bas
○ Rudi Erkens


avatar


Sexe : Féminin

Messages : 17

Age : 21

Vos papiers
Classe / Emploi: 3-A
Pensionnat : Hikishima
Habitation : Chambre 002

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Dim 25 Mar - 19:46

«
Nouveau lieu, nouvelle tête
> Je n'en doute pas mon gars, vu la tronche que tu tires, je n'en doute pas... C'est après avoir défiler mes paroles répondant à ses questions et que j'ai collé un avertissement qu'il répondit enfin. C'est pas comme si j'avais envie de lui parler ou encore d'être dans cette chambre avec lui, à cet instant même. Je crois que pour lui aussi, il aurait préféré être ailleurs, maintenant, me tromper est possible mais rare. En attendant, cela nous fait déjà un point en commun, si on voit les choses en positives, ce que je fais que très rarement aussi, en fait. M'attarder sur ce genre de réflexion à deux balles ne mérite pas vraiment qu'on y prête attention alors gaspiller ma salive pour un petit rien n'annoncerait que je suis faible à tout propos mais ... " Fait chier ! ça me démange de répondre ! " Je venais baisser ma tête d'une traite de quelques centimètres avec un nerf présent sur mon coin de l'oeil que je sentais. Ce nerf qui pouvait être différent aux yeux des autres, ici, je me bats contre ma propre volonté d'être insultant et de crier de ma langue natale car personne ou peu ne peuvent comprendre. " ARSCHLOCH !" . Je pris une grande inspiration relevant cette tête baissée précédemment et retroussé mes lèvres en forme de " O " pour y laisser l'air passer avant de répondre à cette provocation et puis ... " C'est quoi cet ours qui me nargue lui aussi de ses faux yeux ?! ".

> Pas de veines pour nous deux. C' est ma tête de tout les jours. Dis-je penchant ma tête sur le côté fixant de mon oeil valable ceux de Noah. Oui. Je viens seulement de me souvenir de son nom qu'il avait dit auparavant. Je suis sélectif sur les gens après tout. Oh, et il est pas si désagréable que ça aux regards m'enfin façon de parler.

> Je sens qu'on va rire... Cela se voyait qu'une envie de " jouer " l'intéressait. Il en avait encore rajouté une petite couche bien " crémeuse ". Ce que j'entends par crémeuse ... Vu ce qu'il a dit, à propos que ça va être drôle, ça venait adoucir un peu cette ambiance frustrée qu'on peut comparer à un gâteau amer, je dois l'avouer et puis, qui refuserait une occasion de se marrer avec ce genre de personne. Cependant, peut-être pas aujourd'hui, c'est mon premier jour, la première personne que je rencontre dans ce pensionnat de Sheisses ! D'ailleurs, cela nous faisait un autre avis semblable. Du moins, le premier est moins fiable mais celui-ci l'est plus. > On est quand même d'accord sur un point, ce pensionnat est misérable. Que dire ? ça me fait juste une belle jambe qu'il est ce même sentiment sur cette école. Je fis une sorte de hochement de tête acquiescent ses paroles.

Je repris le déballement de mes affaires qui étaient toute en dehors de cette valise parfaitement rangé. J'avais pensé à mettre, les t-shirt avec les t-shirt, les pantalons avec les pantalons, enfin des trucs du genre. Je fis le tour du lit passant devant ce cher colocataire sans y prêter attention et me retrouvai devant des armoiries fait de bois étant divisé en deux parties. Une pour mettre vestes, chemises, manteaux, etc tandis que dans l'autre, c'était plus t-shirt, froc. En plus de ces deux dernières, il y avait deux, trois tiroirs pour y mettre les sous-vêtements.

ENFIN ! Revenons à nos moutons. Ce ... Noah ? Avait pris une clope, ce n'est certainement pas pour faire jolie alors j'espère qu'il ne fumera pas à l'intérieur sinon il risque de faire une nouvelle rencontre avec un certain objet. Peut-être que le prévenir serait sympa mais ... nan, pas envie. En parlant de lui, il reprit la parole quittant ses pensées, je suppose comme un blanc d'une simple minute s'était passé. > Dis-moi, t'es pas dans ma classe ?

> Il manquerait plus que ça ! J'espère bien que non. J'ai déjà à le supporter dans cette chambre alors en classe ... C'est que le destin s'acharne sur moi ! Je sens que ça va être une année terrible, je ne sais pas pourquoi ... Oui, je m'étais calmé et l'envie de gueuler ne me traverser pas l'esprit pour le moment MAIS ça peut changer à tout moment. Il est vrai que j'apporte des jugements trop vite, ici, je ne le connais pas alors dire qu'il est insupportable est abusé mais je ne peux m'empêcher. C'est comme ça depuis toujours et ça ne changera pas. Et en général, il s'avère qu'ils sont juste.

> Au fait ... Range cette peluche, c'est ridicule.

Ouais, je l'avais pas oublié, bon, elle pourrait être à un autre locataire mais vu l'état des deux autres lits, personne ne s'y était mis dedans depuis un temps. Et puis, ce regard qu'elle jette est horrible. Cette chambre est horrible. Cet établissement lui aussi et cette chienne de vie est bien pire !


Dernière édition par ○ Rudi Erkens le Mer 28 Mar - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
○ Noah S. Bridge


avatar


Messages : 32


Vos papiers
Classe / Emploi: 4-A
Pensionnat : Hikishima.
Habitation : Chambre 002.

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Mar 27 Mar - 9:10




— Pas de veine pour nous deux. C'est ma tête de tous les jours. Rétorqua-t-il en me fixant de son seul œil utilisable.

Effectivement, c'était pas de bol. Je sentais que le supporter allait être plus difficile que prévu. Oh joie. J'avais hérité d'un mec exécrable, à première vue, et quelque chose me disait qu'il ne changerait pas de si tôt, voir jamais. Je ne répondis rien, bien que cela me démangeait de lui envoyer une pique. Je m'approchai de la fenêtre où il s'était tenu peu avant, regardant au dehors. Je murmurai néanmoins une petite remarque, qui n'était pas vraiment destinée à être entendue. Cela eu au moins le mérite de me détendre un plus, de même que cette tension qui régnait dans la pièce. J'ajoutai ensuite que je pensais la même chose que lui de ce pensionnat, il se contenta, pour toute réponse, d'un hochement de tête.

Tandis que je dissertais intérieurement sur l'endroit où je pourrais me rendre pour fumer, mon nouveau colocataire déballait ses affaires. Pas besoin de décrire, cela serait inutilement long et fastidieux et ça ne rajouterait que des lignes sans intérêt. Un silence c'était installé, il dura bien une minute, peut-être un peu plus, avant que je ne le rompis en demandant à Rudi s'il était dans ma classe.

— Il manquerait plus que ça !

Réaction vive, il ne pensait pas pouvoir me supporter plus. Pas d'injures ou autre, il s'était sans doute calmé. Il n'était donc pas dans ma classe, et au vu de son physique, il devait avoir un an de moins que moi, donc, 17, donc, il était en troisième année. Logique. J'acquiesçais avec un sourire en coin. Je partais, ou du moins j'essayais de partir, du principe de ne pas juger avant de connaître. Ce qui pour moi signifie en gros : ne pas juger avant d'avoir bien observé. Lui, il m'avait tout l'air du type je-m'en-foutiste-mais-je-râle pour-un-rien. Un bonheur de coloc' pour faire simple. Tout en réfléchissant, je m'étais appuyé contre le rebord de la fenêtre, dos à l'extérieur, jouant toujours avec ma cigarette. Je fus brusquement tiré de mes pensées.

— Au fait... Range cette peluche, c'est ridicule.

Je me stoppai net un instant avant de tourner le regard vers ladite peluche. Un soupir de résignation franchit mes lèvres tandis que je croisai les bras, sans porter attention au jeune garçon. J'étais vraiment idiot d'avoir laissé ça là. Je hais faire des erreurs, et celle-là était tellement bête que je n'en revenais pas de l'avoir commise. Bon sang, j'étais vraiment stupide quand je voulais. Mais ça n'allait tout de même pas être lui qui allait dicter mes actes. Cet ours venait de ma mère, elle avait dépensé ce qui représentait pour nous à l'époque une petite fortune pour me l'acheter. Je devais avoir 8 ou 9 ans. J'y tenais beaucoup, surtout parce que c'était quasiment la seule chose d'elle que j'avais pu emporter et que mon père ne m'avait pas enlevé. Je refixai mon regard dans celui de Rudi.

— Eh bien tant pis, elle restera là où elle est.

De toute façon, à présent qu'il l'avait vu, ça ne servait à rien de la cacher. Passant à autre chose, je portai ma cigarette à mes lèvres, sans l'allumer. Croisant les bras, je tournai la tête pour regarder dehors. Je n'avais pas vraiment envie de descendre. Sans un regard pour l'Allemand, je lui demandai nonchalamment, avec une pointe d'innocence jouée :

— Ça te dérange si jamais je fume dans la chambre ?

Une règle d'or que j'avais appris lorsqu'on est en présence d'autres personnes, c'est de savoir si oui ou non ils supportent la fumée et, ou, la tolèrent. Certains ne la supportaient pas, ce qui avait déjà donné lieu à des altercations, comme quand j'étais arrivé dans ce pensionnat. C'est la raison de ce réflexe que j'avais désormais : demander comment la personne réagissait face à la fumée de clope. J'espérais que si un jour l'envie me prenait de fumer dans la chambre, fenêtre ouverte cela va de soi, et que ce Rudi était là, je pourrai quand même le faire librement.



Revenir en haut Aller en bas
○ Rudi Erkens


avatar


Sexe : Féminin

Messages : 17

Age : 21

Vos papiers
Classe / Emploi: 3-A
Pensionnat : Hikishima
Habitation : Chambre 002

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Mar 27 Mar - 15:03

«
Nouveau lieu, nouvelle tête
Ce que j'ai envie de faire maintenant, à part déguerpir le plus vite possible de cet endroit ... J'en sais rien. Peut-être faire une reconnaissance des lieux, soi-disant passant le dortoir est déjà visité vu la complexité d'un simple bâtiment pour au final, être plus ou moins satisfait des chambres. M'enfin. Je venais m’asseoir sur mon lit courbant mon dos et écartant un peu les jambes pour y déposer mes coudes sur mes genoux faisant revenir mes bras entre les deux membres. Ce que je fixai ... était inintéressant. C'était un simple sol comme on en voit. Bref. Détails inintéressant encore une fois. Mon coloc' ... Apparemment tête de mule après une simple demande et un conseil. Oui car faire son certain caïd alors qu'il possède une bien bête et laide peluche, c'est tombé bien bas et j'avais aucune estime positif ou encore de respect pour ce genre de personne. Maintenant, c'est son problème et non, le mien. En fait, ça n'a jamais été le mien que se soit aujourd'hui ou demain, ça le ne sera jamais mais j'avais une saloperie d'envie qu'il l'enlève ! Bonjour les saletés qu'elle ramasse en plus !
> Eh bien tant pis, elle restera là où elle est. Je pris un cousin se trouvant sur mon lit et d'une traite le lança sur cet ours moche et horrible. Cet oreiller atteint sa cible la cachant.

> Fichtre ! Une interjection qui représentait bien mon mécontentement et mon dégoût de voir cette chose mais à la fois une certaine fierté pour avoir réussi à atteindre la cible. Pourtant certains auraient fait ça avec le sourire aux lèvres, moi, j'évite ce mensonge du soi-disant bonheur. Je n'y crois et je n'y croirai jamais. Mon bras précédemment tendu pour lancé ce poids plume revint rejoindre mon autre bras pour joindre mes mains. J'étais dos à Noah qui était toujours posté à cette fenêtre jouant avec sa clope qui le faisait envié ou bien qu'il l'occupait juste et très bien d'ailleurs.

> Ça te dérange si jamais je fume dans la chambre ? Oh ! Tiens ! Il s'en souci ? Pourquoi d'ailleurs ? Ou peut-être est-ce par simple politesse ? Sûrement. Vu ses bonnes manières qui ne collent pas à son style ... Pourquoi il a fallu que je tombe sur un mec comme ça ?! Résumons. Oui. Résumons cette poisse d'être envoyé dans un pensionnat pourri, me perdre dans un bête internat, je tombe sur un locataire fumeur et un type où caractère et attitude ne collent pas ! Oh, et encore ce n'est qu'un résumer mais j'en ai passé et d'autres viendront sûrement. La cigarette, si il la fume auprès de la fenêtre s passe mais si c'est près de MOI, près de MON lit et près de MES affaires et que ça empestent la cigarette. je lui présenterai u ne certaine substance aidé d'un objet ! Je grognais quelques mots mais avant je me levais replongeant les mains dans mes poches et fis quelques pas vers la porte.

> Sheisses ! Fait ce que tu veux ! J'avais dit ça d'un ton très .. agressif. Raison ? j'en sais foutrement rien mais aussi un peu énervé, à nouveau. Oh, en plus, j'ai sorti un juron en allemand sans m'en rendre compte. Je serrai les dents à l'idée de rester ici pendant une année. Qui le voudrait avec une telle poisse ?! J'arrivai à la porte, bizarrement, je m'arrêtai un instant. Peut-être attendais-je une réaction de sa part, peut-être que oui ou peut-être que non. Je sais même plus de ce que j'ai envie ou de ce que je veux faire. Un défaut aux multiples failles, aux multiples blessures intérieures que peu de personnes comprennent ou ressentant cela. Un très léger soupire sortit entre mes lèvres, très petit qu'il est peut-être pas audible à Noah mais ça m'aidait vachement à reprendre mes esprits mais tout ne dépendra que ce que ce cher locataire. Une réaction que j'estime positive, je reste encore un peu pour jouer à son certain jeu. Si elle est négative, un bol d'air frais s'imposera obligatoirement sauf si c'est à ce moment là qu'il décide de réagir pour poursuivre son jeu. Alors que fera-t-il ? Je bouillonne intérieurement rien qu'à attendre sa réponse..
Revenir en haut Aller en bas
○ Noah S. Bridge


avatar


Messages : 32


Vos papiers
Classe / Emploi: 4-A
Pensionnat : Hikishima.
Habitation : Chambre 002.

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Jeu 5 Avr - 18:52




Oui, j'ai une peluche, et alors ! S'il savait ce qu'elle représentait pour moi, mais ça, il ne l'apprendra jamais. Mais au pire, c'est pas ça qui va me gâcher la vie. J'ai pour habitude de faire ce que je veux. Peut-être que cette peluche fait gamin, ou autre, mais je n'en ais strictement rien à faire de ce que les gens pensent de moi. On dit déjà que je suis un taré, simplement parce que je suis la plupart du temps dans mon monde, à l'ouest. Je peux parfois être très chiant, c'est vrai, mais c'est pas maintenant que je vais changer.

Rudi s'était assis sur son lit, les coudes sur les genoux. Il s'était posté dos à moi. Après lui avoir répondu, mon charmant colocataire prit un coussin et le lança sur mon ours. Je ne sourcillais même pas, ayant simplement suivi du coin de l'oeil la trajectoire du projectile. Son dégoût pour ma pauvre peluche qui ne lui avait rien fait transparaissait sur sa figure. Qu'il ne l'aime pas, d'accord, mais c'est pas pour lui faire plaisir que je vais la reléguer au placard. Aucun sourire ne s'était risqué sur ses lèvres, cela confirma mon opinion à son sujet. Cela m'étonnerait qu'il existe pire comme colocataire. Il devra cependant faire avec mon caractère, parce que dans mon genre, je suis pas mal non plus.

Par politesse, je lui demandai s'il acceptait que je puisse fumer dans la chambre. Mine de rien, passer toutes ces années auprès de mon père, des 'grands' de ce monde, ça laisse des marques, surtout au niveau de la politesse. Maintenant, il m'en restait une trace, mais quand je ne voulais pas, il n'y avait rien à faire. Il parût un peu étonné puis se leva, les mains fourrées dans ses poches.

— Sheisses ! Fais ce que tu veux !

Juste la réponse que j'attendais. Parfait. Malgré son ton plus proche d'un aboiement féroce qu'autre chose, cette réponse me convenait très bien et j’arborai un air plutôt suffisant. Et qu'il est chatouilleux celui-là, pour un rien il se remet en colère. D'ailleurs, je pensais très sérieusement que chez lui, la colère était un état quotidien, normal. Comme si de toute sa vie il n'avait fait que ça, être colère. Que la vie doit être morne pour lui. Haïr tout ce qui lui passe sous les yeux, ne s’émerveiller de rien, n'aimer rien. Juste regarder la vie passer en s’énervant pour un oui ou pour un non. Mais s'il veut passer sa vie à ça, grand bien lui fasse, ça m'empêchera pas de dormir.

Il s'avança jusqu'à la porte. Soudain, j'entrevis l'espoir que je n'aurais besoin de descendre pour fumer ma cigarette. Il s'arrêta un instant. Il attendait quoi au juste ? Que je lui souhaite une bonne fin de journée, que je lui dise 'à ce soir' ou que je lui indique les bons lieux pour être tranquille ? Indécis en plus, ne sachant pas ce qu'il veut exactement. Il était décidément désespérant. Ancienne blessure ? Défaut non amélioré par une figure parentale ? De la joie en perspective. De plus, vu à quel point il a l'air d'apprécier ce pensionnat, je sens qu'il va passer ses nerfs sur moi. Mais je ne l'espère pas. Me demandant que répondre, je n'y allai pas par quatre chemins.

— T'attends quoi au juste ? Ma bénédiction pour pouvoir quitter la chambre et voler de tes propres ailes dans ce pensionnat plein de danger pour vivre ta vie ? Lançais-je nonchalamment tout en jetant sur lui un regard désintéressé.

Après coup, l'idée qu'il ne fallait sans doute pas le provoquer me vint à l'esprit. Trop tard. De toute façon, j'aime le risque, c'est ça qui rend la vie intéressante. Toujours à la fenêtre, je reportai mon attention sur le dehors, fixant le ciel dégagé. Comment allait-il réagir ? Bien ? Mal ? Sans doute me fouterait-il la paix et irait se perdre dans ce fichu pensionnat. Mon esprit dériva rapidement et sans vraiment que je sache le pourquoi du comment, je fredonnai l'air de London Bridge. Cette simple mélodie me faisait voyager, et je ne fis plus attention au jeune homme qui partageait ma chambre. Dans mon esprit, il était parti, c'est pourquoi je ne remarquai même pas ses faits et gestes.




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] .:○:. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Boring... Except London, naturally..]”
Revenir en haut Aller en bas
○ Rudi Erkens


avatar


Sexe : Féminin

Messages : 17

Age : 21

Vos papiers
Classe / Emploi: 3-A
Pensionnat : Hikishima
Habitation : Chambre 002

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   Lun 16 Avr - 20:03

«
Nouveau lieu, nouvelle tête
Je suis colérique, lunatique ou tout ce que les gens veulent mais je sais une chose que je hais de ce genre personne malgré du peu que je connais de lui mais avoir un ours en peluche et fumé " la joie de vivre ". Bizarrement, ça m'agacé ces gens là, peut-être suis-je simplement capricieux mais bref, il est trop tard pour que je change du tout au tout ou que j'adoucis. Pourtant des gens plus pitoyable, j'en ai vu à ce centre pour jeune mais ça, j'en parlerai à personne car ça n'en vaut pas la peine, et personne ne pourrait me croire à ce que je dis à cause de ce fichu tempérament de merde. Cependant, il m'est pratique pour cachet les sentiments ... Mineurs. - EN COURS : Je finirai ça dés que je peux, j'ai repris mes cours, désolé du temps de réponse ! T.T

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nouveau lieu, nouvelle tête [Pv: Noah S.Bridge]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comémoration des morts [Nouveau lieu, nouveau morts...]
» Nouveau Lieu HRP
» Un nouveau lieu pour un nouveau jour.
» Un nouveau lieu de vie mais même mode de vie. [Livre I - Terminé]
» Nouvelle journée, nouveau patron, nouvelle vie [Pv Heiji]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pensionnats :: Pensionnat Hikishima :: Internat-
Theme by Rain Newton- Do not rip - All rights reserved - ©2012
Codes et design - Rain Newton, Elvina Atta
-Contacter R.Newton-
Optimisé pour Mozilla Firefox 3+ - HTML4 et CSS3